Les préceptes fondamentaux de l’économie

Nous récoltons tous les jours les fruits empoisonnés d’un Etat qui ne joue plus son rôle et n’assume plus ses missions à force de vouloir les assumer toutes. Comme l’Etat est un agent crucial de la société, c’est toute la société - y compris ses institutions et son économie - qui souffre de la défaillance d’un secteur public qui s’arroge le monopole dans des domaines vitaux de notre économie. Et à vouloir s’ingérer dans la vie des entreprises, à vouloir « décréter le social » et « réguler l’économique », l’Etat n’a plus les moyens d’assumer ses missions essentielles de police, de justice et de sécurité. Au-delà du fait dommageable que la montée de l’insécurité accroît le risque - et donc le coût - des activités économiques, la mise en cause de l’autorité et la montée de l’incivilité ont des conséquences graves sur le niveau de formation des individus et leur capacité et motivation à travailler.

Pourtant, alors que les procès de Moscou (1935-1936) éveillaient certaines consciences, le prix Nobel d’économie Kenneth J. Arrow, pourtant très sensible à la question sociale et à l’égalité des chances, déclarait : « L’économie socialiste ne garantit ni la démocratie ni la liberté individuelle. J’ai eu l’idée naïve qu’en l’absence de classe capitaliste, il n’y aurait aucun intérêt à l’exploitation d’une classe par une autre. Il était devenu évident que cette vision n’était pas vraisemblable. Le défaut le plus grave était la possibilité que le socialisme, en concentrant le contrôle de l’économie dans l’appareil d’Etat, facilitât l’autoritarisme ou même le rendît inévitable » (In Feiwel G. (ed.)(1987), Arrow and the foundation of the theory of economic policy, Londres, Macmillan). Un autre Prix Nobel, Milton Friedman, a dit un jour : « ce qui est extraordinaire avec la science économique, c'est que toutes ses lois tiennent réellement en une page, mais leur simplicité n'a jamais été acceptée par la plupart des gens ». Enfin, le professeur James Buchanan, lui-même lauréat du prix Nobel d’économie, ouvrait la réunion de la Société du Mont Pèlerin à Postdam en octobre 1999 par ces mots : « Toute personne un tant soit peu éduquée et intelligente sait que le cœur de la doctrine libérale réside dans la conviction que c’est d’abord en élargissant le domaine de décision individuel, au détriment des problématiques reposant sur des projets collectifs, que l’on peut le mieux faire progresser la société » (La version intégrale de ce discours a été publiée dans le numéro Eté 2000 de l’Independent Review, magazine trimestriel édité par l’Independent Institute de San Fransisco.).

Certes, on n’aime guère recevoir de leçons au pays de l’exception culturelle, surtout pas de prix Nobel d’économie américains. On serait en droit de reprocher aux américains de tenir au secret les « recettes » de leur croissance économique ; mais telle n’est pas leur attitude. Les résultats de la science économique sont connus et sont de la connaissance commune. C’est justement parce que l’on s’obstine, en France, à être sourd à ces enseignements fondamentaux ; c’est parce que l’on s’acharne, dans ce pays bloqué, à vouloir traiter nombre de dossiers (retraite, éducation, santé, protection sociale, emploi…etc.) sous le seul angle collectif que nombre de ces dossiers sont aujourd’hui dans l’impasse. Et l’impasse aboutit toujours à la faillite et au pourrissement. Aussi est-il urgent de rappeler quelques principes fondateurs de la science économique que les modèles sophistiqués ainsi que le jargon académique - et la langue de bois officielle - ont tendance à oublier, à force de traiter les problèmes sous le seul angle technique et spécialisé.

Précepte 1. Intérêt personnel : Personne ne dépense l'argent des autres avec autant de soin que le sien propre ; il est donc facile d’être généreux avec l’argent des autres alors que l’on a tendance à être rationnel avec le sien.

Précepte 2. Croissance économique : La clé de l'élévation du niveau de vie est de développer l'épargne, la formation de capital, l'éducation et la technologie.

Précepte 3. Commerce : Lors de tout échange volontaire, quand ils disposent d'une information précise, l'acheteur et le vendeur sont tous les deux gagnants ; de ce fait, une augmentation du commerce entre individus, entre groupes ou entre pays est profitable aux deux parties.

Précepte 4. Concurrence : Étant donné la réalité universelle des ressources limitées et des demandes illimitées, la concurrence est un fait universel qui ne peut être abolie par décret gouvernemental. Mais, la concurrence n’exclut pas la coopération.

Précepte 5. Coopération : Puisque la plupart des individus ne sont pas autosuffisants, et que presque toutes les ressources naturelles doivent être transformées pour devenir utilisables, les individus - travailleurs, propriétaires, capitalistes et entrepreneurs - doivent travailler ensemble dans le but de produire des biens et services de valeur. Mais, la coopération n’exclut pas la concurrence.

Précepte 6. Division du travail et avantage comparatif : Les différences de talents, d'intelligence, de savoir et de propriété conduisent à la spécialisation et à un avantage comparatif détenu par chaque individu, entreprise ou pays. Il est peu efficace de vouloir tout faire.

Précepte 7. Dispersion du savoir : L'information sur le comportement du marché est si diverse, importante, changeante et omniprésente qu'elle ne peut être saisie ni calculée par une autorité centrale.

Précepte 8. Perte et profit : Le profit et la perte sont des mécanismes du marché qui indiquent ce qui doit être ou ne pas être produit dans le long terme.

Précepte 9. Coût d'opportunité : Étant donné les contraintes de temps et de ressources, il faut toujours faire des arbitrages. Faire quelque chose demande de renoncer à d'autres choses que l'on aurait aimé faire aussi. Le prix payé pour s'engager dans une activité est égal au coût des activités auxquelles on a renoncé.

Précepte 10. Théorie des prix : Les prix sont déterminés par l'estimation subjective des acheteurs (demande) et des vendeurs (offre), et non par un quelconque coût de production objectif.

Précepte 11. Incertitude : Il existe toujours une dose de risque et d'incertitude sur l'avenir, notamment lorsque les gens sont libres d’effectuer des choix, de tirer des leçons de leurs erreurs et de changer d'avis, ce qui rend délicate toute prédiction sur leurs comportements à venir et conduit toute tentative de planification à l’échec, du moins dans une société de liberté.

Précepte 12. Économie du travail : L'augmentation des salaires sur le long terme ne peut être réalisée que par une plus grande productivité, c'est-à-dire par davantage d'investissements en capital pour chaque travailleur ; le chômage chronique est une conséquence de l'action du gouvernement qui prétend décréter les taux de salaire.

Précepte 13. Contrôles du gouvernement : Les contrôles des prix, des salaires ou des loyers peuvent bénéficier à certains individus ou groupes, mais pas à la société dans son ensemble ; en fin de compte, ces contrôles créent de la pénurie, du marché noir et une détérioration de la qualité et des services. Les repas gratuits, ça n'existe pas.

Précepte 14. Monnaie: Des tentatives délibérées pour déprécier la monnaie nationale, ou baisser artificiellement les taux d'intérêt, ou encore pour s'engager dans des politiques d'argent facile conduisent inévitablement à l'inflation, laquelle aboutit aux pires dérèglements économiques. L’Etat peut bien « créer de la monnaie » mais la monnaie est une expression de la richesse ; elle n’est pas la richesse.

Précepte 15. Le rôle de l’Etat : Le gouvernement doit se cantonner à ce que les entreprises privées ne peuvent pas faire ; il ne doit pas s'engager dans des affaires que le secteur privé gère mieux que lui ni, a fortiori, empêcher les entreprises de faire ce qu’elles pourraient faire au moins aussi bien que lui (en décrétant un monopole public par exemple).

 

La compréhension de ces préceptes ne suppose pas d’avoir un doctorat en sciences économiques. La science économique s’intéresse à la façon dont les gens s’organisent, agissent et évoluent effectivement dans la société et à la manière dont ils parviennent à leurs objectifs en mobilisant des ressources. Le consommateur ne prend pas telle ou telle décision parce qu’un expert a prouvé qu’il était optimal de le faire ; l’expert - du moins lorsqu’il est compétent - aboutit à un modèle qui lui permet de prédire un résultat parce qu’il a observé des consommateurs agir effectivement en ce sens. Nos dirigeants sont encore entourés d’experts qui considèrent que les ménages et les entreprises, qui sont localisées à l’intérieur du territoire français, doivent se comporter selon leurs modèles et leurs propres choix politiques. D’où leur prétention illusoire à réguler l’économie et formater la société. Ceux qui prétendent à la fonction suprême se grandiraient en prônant un Etat restaure qui les conditions de la liberté, c’est-à-dire un Etat qui assure la protection des droits fondamentaux à la propriété (qui correspond à la liberté de disposer des fruits de son travail), à la liberté de circulation et à la liberté du travail.
  

Accueil | Introduction | Présentation | Forum | SOS DOM | Pétitions Contactez-Nous